Corse Orientale
Espace pro Contact

Ghisoni, village typique et authentique corse

13
janv.
Ghisoni, village typique et authentique corse

Des activités sportives au cœur de la nature sauvage

La route menant à Ghisoni à partir de Ghisonaccia est spectaculaire. Vous traversez la gorge de l’Inzecca dans laquelle le fleuve Fium’Orbu a creusé un profond sillon. Passez ensuite devant le barrage de Sampolo et traversez la gorge de la Strette.

Un peu moins de 4,5 km après la déviation pour Sampolo, un sentier descend à gauche vers le pont génois Pont de Mela. Le pont se compose de deux arches. En dessous, vous pouvez prendre un bain. Comptez environ 20 minutes aller-retour.


2 km avant Ghisoni, vous passez devant l’arbre en Y/pin fourchu de Testalu. En contrebas se trouve une fantastique zone de baignade avec des bassins profonds, un toboggan aventureux et probablement les plus hauts sauts de Corse en rivière.


La station de ski de Ghisoni-Capanelle a ouverte en 1975 sur le site des Bergeries de Capanelle. La station accueille dès la neige tombée les amoureux du ski insulaire. Skier vue mer, que demander de mieux ? Il est aussi possible de profiter du cadre pour des sorties en raquettes, ski de randonnée, luge…

Des randonnées pour tous niveaux sont accessibles. Découvrez les célèbres pozzines de Corse (d’anciens lacs d’origine glacière et des pelouses verdoyantes) sur le site I Pozzi, le lac de Bastani et Monte Renosu, les circuits de l’Oriente…

Vous pouvez notamment vous renseigner auprès du point d’information touristique à Ghisoni.


 

Ghisoni est aussi un village riche en patrimoine historique et religieux.

En 1900, il y avait 2000 habitants et aujourd’hui nous en comptons près de 220. Beaucoup se sont installés à Ghisonaccia pour le climat et les commodités.

Le village était composé d’un grand nombre d’intellectuels ! Certains qui ont reçu des prix Nobel, des sénateurs, des ministres, des militaires etc.

À l’époque, Ghisoni était alors un village peuplé et très actif : ébénistes, tailleurs de pierres, meuniers, cordonniers, charrons, forge, muletiers, fabrique de bardeaux de bois, ramassage de graines de pins de lariccio pour Vezzani et ses séchoirs, bucherons, scierie, fabrique d’ébauchon de pipes avec souches de bruyère jusqu’en 1960, mine de plomb argentifère, etc.

Également connu pour ses jardins et ses pommes de terre et châtaigniers, on peut lire dans un ouvrage écrit par l\'abbé Rossi en 1810 :

«  Le pays est plutôt montagneux, il ne manque ni de céréales, ni d\'huile, ni de vin et châtaignes, avec beaucoup de bétail parce qu\'il utilise les plaines du Fium\'Orbu.  »

-        Châtaigniers (production de farine dont la qualité a été primée à la foire de Bocognano) ;

-        Exploitation forestière : la commune de Ghisoni compte 18 000 hectares de forêts soit un taux de boisement de près de 45 % ;

-        Pisciculture, pêche (les truites de Ghisoni sont réputées) ;

-        Chasse (sanglier, pigeon, etc.) ;

-        Charcuterie ;

Loi du 20 avril 1861 : Ghisoni devient le chef-lieu du canton.

Un patrimoine historique bien conservé

À Ghisoni vous pourrez observer l’architecture typique des maisons anciennes. Maisons corses qui datent du XVIème siècle dont la plus vieille encore présente date de 1570.

Le bas de la maison est réservé aux animaux avec l’accroche pour attacher les bêtes le mangeoire. Les toilettes et salles de bains ont été rajoutés sur les balcons, car à l’époque la toilette se faisait à l’extérieur. Il y avait aussi des niches (pots de chambre).

La Maison des partisans (sympathisants de Pasquale Paoli) avec la trace laissée par la bombarde génoise constitue également une richesse patrimoniale.

Anciens jardins, séchoir traditionnel à châtaigne… Des lieux de rencontre.

Pont génois du XVIème siècle (avec mise en place de l’octroi, la taxe au passage qui revenait à la République de Gènes). À savoir que l’ancien pont génois était un axe routier important (entre 50 et 70 passages/jour) avec les « dragulinu », les camelots.

Ancien couvent St François (aujourd’hui une salle des fêtes). Sur un pan de mur est apposée une plaque en mémoire des victimes du crash du Boeing 307 de la compagnie Air Nautique sur le Monte Renoso le 29 décembre 1962 en raison du mauvais temps. Il s’agissait d’un vol Bastia-Ajaccio-Nice. Tous les occupants sont décédés. Il y avait l’équipe de basket-ball de Bastia qui devait disputer un match à Nice.

Attenant au couvent St François se trouve la chapelle de l’ancienne confrérie de St Croix.

Le Palazzu a servi de tribunal, perception, étude notariale. Il a été construit par Jacques Philippe PIERI en 1846, un arquebusier originaire du village et qui a déposé 17 brevets, pour des armes, ventilateurs, alarmes et lampe à prophétiser l’avenir. U Palazzu a été racheté par deux familles : Delavalle (le dernier étage) et les Giannetti (le reste).

La fontaine de Neptune et sa statue de bronze (le triton) construite en 1866 par Vitale Dubrey, qui a permis d’amener de l’eau potable au village. Il y a aussi une centrale hydraulique.


Un passé religieux important

·                 Les Giovanali & la légende Christe et Kyrie Eleison

Le courant de pensée des Giovanali vient à l\'origine d’un moine franciscain. Il s’agit du partage de savoir-faire, des connaissances, des ressources…

Les Giovanali, en désaccord avec la papoté ont été déclaré hérétique et six d’entre eux ont été brûlés vifs devant l’église vers 1350-1360 + 1 une autre femme brûlée par la suite car elle est venue récupérer le corps calciné de son frère pour l’enterrer. En raison de son geste, elle a été accusée d’être une Giovanali.

Lors de l’exécution de ces 6 personnes, le prêtre prie pour sauver leur âme en entonnant le chant du Christe Eléison et Kyrie Eléison qui veut dire « Seigneur, aie pitié ». La montagne aurait renvoyé un écho et six palombes se seraient alors envolées de la forêt. Trois se sont posées sur un sommet face au village qui a pris le nom de Kyrie Eléison et trois se sont posées sur l’autre sommet prenant le nom de Christe Eléison. La légende dit que ce sont les âmes de ces malheureux qui se sont réfugiées sur ces sommets.

Aujourd\'hui on joue aux boules sur cette petite place et on y mange des châtaignes.

·                 Eglise baroque de St François d’Assise construite au XVIIème siècle :

Chaire à prêcher en bois sculpté avec la main tenant la croix a donné l’expression « maintenant ». Le prêtre prêchait du haut de la chaire à prêcher dans la langue du peuple compréhensible par tous, le reste de la messe était dite en latin depuis le maître autel. Maître autel à trois degrés (symbole de la St Trinité) en marbre polychrome : rouge du Bevinco, bleu-gris de Corte. Tabernacle. Deux candélabres de style judaïque de part et d’autre.

Derrière le maître autel buffet sculpté en pin avec symbole franciscain (deux bras croisés surmontés d’une croix).

Devant le maître autel à gauche statue de St Roch avec son bubon de la peste bubonique (saint intercesseur contre la peste) et à droite St Lucie avec sa palme de martyr er ses yeux arrachés sur la coupe (sainte intercesseur contre les maladies oculaires).

Nef avec un plan en croix latine dotée de chapelles communicantes. Chaque chapelle a été financée par une famille de Ghisoni et lui appartient. Elle abrite la statue d’un saint : St Antoine de Padoue et l’enfant Christ, la Vierge, le Christ. Au fond à gauche autel de St François d’Assise peint par Mario Sépulcre abritant la statue du saint entourée de colonnes salomoniques.

Buffet d’orgue en bois sculpté récupéré d’un couvent franciscain avec au centre, un médaillon représentant St François. Au plafond de la nef, médaillon représentant St François d’Assise et nef décorée de pilastres.

La statue du vénérable Francescinu, St patron du village, se trouve à l’extérieur de l’église car il n’a pas été sanctifié. Il lui manque un troisième miracle, deux seulement ont été reconnus. St Francescinu a sauvé deux fois le village des flammes. Il est fêté le dernier week-end de juillet par une messe en son honneur.

Organisation de la société traditionnelle corse.

Quelques anecdotes et faits de société :

-        Les maisons étaient séparées de quelques centimètres si les familles ne s’entendaient pas.

-        Pas de maison de retraite, on respecte l’ancien qui fait partie de la famille au même titre qu’un membre actif.

-        Société matriarcale. Cependant gare aux femmes qui perdaient la virginité avant le mariage : c\'était le déshonneur porté sur elles et leur famille. Ainsi et pour sauver l\'honneur, on les envoyait en Sardaigne afin de cacher la grossesse. Le nouveau-né était récupéré par les bonnes sœur et on faisait marier la femme avec le simplet du village !

-        « Enfant-roi ».

-        Pour qu\'il n\'y ait pas d\'injustice sur la terre du commun, le travail « del cumunu » régnait avec des journées d\'entraide obligatoires. L’enfant (innocent) tirait au sort sur des feuilles d’arbres afin de définir la mission de chacun (pain, jardin, eau…). Le nombre de personnes dans la famille équivaut au nombre de jours à travailler pour le village. C’était « L\'aiuta ». On pouvait prêter des journées de travail à d\'autres villages qui avaient moins de jardin par exemple.

 

----

Plus d’infos sur l\'histoire du village sur le site de la mairie :

\"Les premières traces de vie enregistrées à Ghisoni datent de l\'an 430 de notre ère, avec une église, puis un couvent de moines byzantins au VIIIe siècle. [...] La Création du village est antérieure à celle d’Ajaccio (1380) et Bastia (1412) mais la datation exacte reste encore incertaine.
[...]
Il est probable que la situation très protégée du village, suffisamment loin des côtes pour ne pas être menacé par les raids maritimes et sa topographie favorable à l’agriculture soient à l’origine de cette installation humaine relativement précoce par rapport au reste de l’ile.

Au Moyen Age, Ghisoni fut le théâtre de l’un de ces évènements historiques qui s’ancrent à la fois dans l’histoire et dans la légende avec les Ghjuvannali ou Giovannali. »

<!-- [if gte mso 10]>

Catégories :
Mots clés :

  Office de tourisme de l'Oriente 80 avenue Saint-Alexandre SAULI
  20270 ALERIA
  04 95 57 01 51
  tourismeoriente@orange.fr
  www.oriente-corsica.com

  Office de Tourisme Fium'Orbu Castellu 55 route Ghisoni
  20240 GHISONACCIA
  04 95 56 12 38
  tourisme.ghisonaccia@orange.fr
  www.corseorientale.com

Union européenne Programme Leader Communauté de Communes Fium'Orbu Castellu Communauté de Communes de l'Oriente

Fonds européens agricoles pour le développement rural : l'Europe investit dans les zones rurales

Partager cette page sur les réseaux sociaux